Trois villes qui séduisent les acquéreurs immobiliers

Selon Meilleurs Agents, Clermont-Ferrand, Angers et Reims sont les villes moyennes les mieux cotées pour attirer de nouveaux acquéreurs.

Une qualité de vie agréable, des prix et un pouvoir d’achat immobiliers attrayants, souvent une proximité avec Paris, ainsi qu’un taux de chômage en dessous de la moyenne : plusieurs villes moyennes séduisent à nouveau les foyers français. Les ménages ont, après le confinement rêvé d’espaces verts et de maisons.
D’après le baromètre 2020 des Villes de France, environ un quart des actifs (400 000 personnes) habitant dans des grandes agglomérations aimerait déménager afin de s’installer dans des villes moyennes. Des villes qui sont la « figure de proue » du plan de relance du gouvernement. Selon le spécialiste de l’estimation immobilière Meilleurs Agents, trois villes pourraient en profiter dans les prochaines années : Clermont-Ferrand, Angers et Reims.

Tout d’abord, ces communes ont l’avantage d’afficher des prix intéressants et même abordable en comparaison à la capitale (10 000 €/m²). En effet, à Clermont-Ferrand, le prix au m² est de 1 900 €, 2 300 € à Reims et 2 500 € à Angers. Ces prix sont entre 4 et 5 fois moins élevés qu’à Paris.

Les prix immobiliers commencent à augmenter

Pour les parisiens, cela représente un réel avantage, puisque Angers se trouve à moins de deux heures de la capitale, et Reims à moins d’une heure. « Reims est un marché de report attrayant pour les Parisiens, analyse Meilleurs Agents. La durée d’amortissement d’un bien est de 3 ans et 5 mois contre près de 7 ans dans la capitale ». Le maire de Reims a ainsi promu les atouts de sa ville en affichant des publicités dans le métro de la capitale.

D’autres villes peuvent se targuer d’une proximité à Paris intéressante, c’est le cas de Dijon, Rouen ou encore Orléans (respectivement 1h30 de train). Elles présentent aussi des atours non négligeables : taux de chômage proche ou inférieur à la moyenne, ainsi que des pouvoirs d’achats immobiliers attrayants.

Clermont-Ferrand n’est également pas en reste, bien que plus éloignée de Paris. « La ville bénéficie d’un très bon pouvoir d’achat immobilier (86 m²) et d’un taux de chômage (6,6% au premier trimestre 2020) équivalent aux grandes villes les plus dynamiques (Paris, Rennes et Nantes) », souligne Meilleurs Agents. Même chose pour Poitiers (un pouvoir d’achat immobilier de 91 m² et un taux de chômage de 5.9%) Quimper (117 m² et 6.7%) ainsi que Limoges (116 m² et 7.1%). De plus, au sein de ces trois communes les prix de l’immobilier n’ont pas encore flambé.

Ce qui n’est pas le cas de Clermont-Ferrand, d’Angers de Reims et même de Dijon. Quatre communes dites « moyennes mais qui bénéficient d’équipements et de services sociaux, médicaux, culturels… au même titre que les grandes métropoles. Ce qui attire de plus en plus les ménages, en ajoutant à cette liste une qualité de vie inhérente à ces villes. « La demande est toujours soutenue, notamment à Angers, à tel point qu’elle est plus forte que pour 10 des 11 plus grandes villes de France, et présage une bonne dynamique pour les mois à venir », affirme Meilleurs Agents. Conséquence de ce succès, les prix ont connu une forte hausse depuis un an (entre 4.5% et 8%). Une hausse comparable aux envolées parisiennes ces dernières années.

 
Source : Le figaro immo