Pourquoi les prix immobiliers augmentent-ils encore ?

D’après Meilleurs Agents, les indices des prix de l’immobilier décrient un marché en pleine euphorie. Après une période de baisse, les prix de la capitale reprennent leur hausse. Concernant la petite et la grande couronne, même constat, les prix flambent. Cette hausse touche aussi la plupart des villes de province.

Entre 2020 et 2021, les prix de l’immobilier ont augmenté dans plusieurs villes de provinces : à Rennes (+5%), à Nantes (+6.5%) et à Strasbourg (+8.2%). Uniquement sur le mois de mai, dans certaines villes moyennes, les prix ont encore connu des progressions pouvant aller jusqu’à 1%. Seule exception, Montpellier qui connait une baisse de prix de 0.3%.
Autre indicateur de la dynamique du marché immobilier : les délais de ventes sont à la baisse. Pour exemple, à Marseille le délai est passé de 71 jours en janvier contre 58 aujourd’hui, d’après les chiffres de Meilleurs Agents. A Rennes, Nantes, Lyon, Strasbourg, ou encore Lilles, les délais de ventes sont inférieurs à 50 jours, ce qui représente un délai particulièrement réduit lorsqu’on prend en compte les délais administratifs incompressibles.

A quoi est dû cette activité immobilière particulièrement dynamique ? D’après le directeur scientifique de Meilleurs Agents Thomas Lefebvre, 5 éléments justifient cette euphorie. En premier lieu, la perspective de sortie de crise générée par le déconfinement et la vaccination massive qui représentent de puissants leviers pour les acquéreurs. Deuxièmement, le printemps est en général propice au déclenchement d’un projet immobilier, les foyers souhaitant emménager avant la rentrée scolaire. « Le phénomène est particulièrement marqué cette année car certains projets n'avaient pas pu se concrétiser en 2020 », précise-t-il.
 
Troisième facteur : les Français ont une confiance absolue en la pierre, et grâce aux taux particulièrement bas (quatrième facteur) les acquéreurs peuvent atteindre leurs ambitions. Le dernier facteur, c’est l’épargne accumulée pendant la crise du covid et les différents confinements. « Cet argent permet de constituer l'apport nécessaire pour franchir le pas », ajoute Thomas Lefebvre. Tous les éléments sont donc réunis pour doper une reprise dynamique des prix et des transactions.
Même dans la capitale les prix repartent à la hausse, alors qu’entre juin 2020 et 2021 les prix affichaient une baisse de 1.7%. Les petites surfaces boostent cette hausse (0.4% en mai contre 0.2% pour les grandes surfaces), alors que les propriétaires des studios et deux pièces ne sont pas dans une situation agréable : restrictions sur les locations de tourisme, disparition des touristes, étudiants ayant réintégré leurs foyers…
 

Source : Les Echos