L’investissement immobilier Grand Paris : où investir ?

Les premières stations de métro construites grâce à l'initiative du Grand Paris devraient ouvrir entre 2020 et 2021. L'arrivée de ce super métro repose sur des infrastructures ferroviaires de 200 km et de 68 gares desservant la banlieue parisienne. Il faut ainsi prévoir des changements majeurs dans les petites villes entourant la capitale. Des améliorations qui profiteront au marché immobilier, un secteur à nouveau en plein essor.

Un méga-chantier au service de l'immobilier

Lancé en 2016, le Grand Paris s'impose comme un chantier pharaonique marquant le XXIe siècle. Le projet cumule la mise en place de 5 grandes lignes de métro et la construction de 68 gares devant rejoindre les réseaux déjà disponibles. À l'heure actuelle, le GPE devrait concerner 131 communes. Le projet d'investissement immobilier Grand Paris prévoit la répartition d'environ 7,5 millions d'habitants à travers 6 départements.

La mise en place d'un maillage plus performant n'est que la première résolution de ce projet d'envergure. Il intègre aussi la modernisation des réseaux actuellement existants, ainsi que leur extension dans les années à venir. Le système ferroviaire devrait ainsi participer à un renouvellement du paysage de la métropole. Réévaluant la valeur de l'investissement immobilier Grand Paris, le projet urbain, économique et social entraînera l'arrivée de nouveaux habitants dans des quartiers créés à proximité des gares à construire.

De fortes hausses prévues dans les banlieues

Cela fait quelques mois que le marché de l'immobilier est en constante hausse dans les banlieues. Les villes situées aux abords de Paris sont les premières à en bénéficier. L'investissement immobilier Grand Paris est considéré comme une alternative sûre dans les années à venir. Le projet a pour ambition de bouleverser le marché tel que vous le connaissez aujourd'hui.

Mettre en place des réseaux de transports hors de la grande ville devrait ainsi faire naître une forte demande d'investissement immobilier. La hausse constatée devrait être durable. Parmi les villes présentant déjà une hausse de leur potentiel, il y a Issy-les-Moulineaux qui enregistre une hausse de 19% sur un an. La localité de Saint-Ouen vient tout juste après avec une augmentation significative de 18% sur la même durée. Les deux villes seront d'ailleurs les premières à inaugurer leurs nouveaux métros. Nous retenons aussi l'expansion majeure de l'investissement immobilier Grand Paris à Les Lilas et Saint-Denis, où les hausses sont respectivement de 12 et 7% sur une durée équivalente.

Le GPE aura aussi servi la cause de banlieues auparavant moins cotées. De grands outsiders comme Clamart ont constaté des améliorations de l'ordre de 20% sur la valeur de l'investissement immobilier. Les performances à Drancy et à Nanterre ont aussi augmenté, améliorant les prix au m² de 17%. D'autres petites villes comme Athis-Mons et Aubervilliers en ont aussi profité, avec une revalorisation dépassant légèrement les 10%. Chez les moins performants, nous retrouvons Saint-Maur-des-Fossés avec un regain de 8% en 1 an, mais aussi Châtillon dont l'augmentation est plus timide avec une petite hausse de 7% au m².