Le prix moyen d'un appartement à Paris

Suite à la crise sanitaire l’évolution des prix de l’immobilier semble incertaine pour ses différents acteurs. Certains tablent sur une augmentation, d’autres envisagent plutôt une stabilité voire une baisse des prix.
 
Cependant, les chiffres nous montrent qu’il est de plus en plus onéreux de se loger en France. Pour devenir propriétaire d’une maison il faut désormais compter plus de 241 500 euros (soit 2,3% de plus entre les 1ers semestres 2019 et 2020). Pour un appartement, comptez plus de 214 000 euros en moyenne soit une augmentation de 3,1%. Enfin, sur Paris, il faudra débourser 550 000 euros environ, une augmentation record de plus de 17%. En conséquence, pour se loger sur la capitale il faut être deux CSP+.
On constate une augmentation significative du nombre d’acheteur (Près du double) alors que le nombre de vendeur est quant à lui, resté stable. Ces derniers n’ont donc aucun intérêt à diminuer leur prix. En effet, les écarts de prix entre les vendeurs et les acheteurs a diminué de 5,6% à 5,1%.
De plus, les acquéreurs cherchent de moins en moins à négocier au risque de se voir refuser leur emprunt en effectuant leur demande plus tard.
 
Concernant les surfaces, ce sont les Parisiens qui ont pu acheter plus grand. En effet, bien que le prix du mètre carré n’a jamais été aussi élevé (10 671 €), ces derniers ont pu acheter 10m2 de plus en moyenne. Cependant ce n’est pas le cas en régions, au contraire les acquéreurs ont vu leur pouvoir d’achat reculer de plus d’un mètre carré (57,8 au lieu de 59,1m2).
 
Et qu'en est-il du profil des acquéreurs ? Ce sont les trentenaires qui ont le plus acheté, tant à Paris qu’en France (37% et 28%). Étonnamment ce sont pour la plupart des primo-accédants qui ont été fortement impactés par les nouvelles restrictions sur le crédit immobilier. S’il était possible d’emprunter sans apport il y a 1 an et demi, aujourd’hui il faut compter un minimum de 21 000 euros. Quoi qu’il en soit, bien que ces résultats puissent sembler étranges, il faudra attendre le second semestre pour confirmer ou non la tendance. La crise annoncée par les économistes pourrait bien changer la donne. 

source : lefigaroimmo

Découvrez tous nos programmes neufs à Paris et en Île-de-France en cliquant ici